Voyage Islande - Votre carnet de voyage pour l'Islande
En ce moment
temps
08:44

Conduire en Islande

le 06 septembre 2015
par Sig
Conduire en Islande

Parcourir l'Islande en voiture est probablement le moyen de transport favori des touristes. Autonomie, liberté dans l'itinéraire sont des avantages non négligeables lorsqu'on se rend en Islande.

Conduire en Islande est plutôt facile encore faut-il faire preuve de bon sens et de respecter certaines règles de base. 

Généralités et conseils

L'Islande est un pays où les routes ne sont forcément pas très nombreuses et en dehors de la route circulaire (numéro 1) qui fait le tour du pays, de nombreuses routes ne sont pas forcément goudronnées. La plupart des routes non goudronnées se pratiquent très bien avec un véhicule classique mais il est important de connaitre ce point de détail avant de s'éloigner de la route numéro 1.

Conduire en Islande

La limitation de vitesse est à 90km/h maximum sur la route numéro 1 et il est demandé à tous les conducteurs de jour comme de nuit de maintenir les phares allumés pour une meilleure visibilité.

En s'éloignant de la route principale il est également très important, bien plus qu'en France, de vérifier la quantité d'essence restant dans le réservoir car les stations essence dans certaines régions sont assez rares et les distances entre les villages (où se trouvent généralement les stations) sont parfois très espacées dans le centre de l'île notamment. N'oubliez donc pas de faire le plein plus régulièrement que d'habitude d'autant plus qu'un véhicule 4x4 consomme beaucoup plus sur une piste!

De nombreuses personnes, par sécurité, envisage de remplir un jerrican d'essence "au cas où".

Il existe en Islande un numéro d'urgence, le 112 en cas de problème sur une piste par exemple.

Certaines routes sont sableuses et il est vivement recommandé de rouler à moins de 50km/h sur ces routes car les changements de directions sont très compliqués et il y est beaucoup plus difficile de freiner.

Outre le sable et la terre, certaines routes ont l'apparence de "tôle ondulée", ce qui est assez désagréable pour conduire à cause des vibrations et la voiture manque souvent d'adhérence sur ce type de route.

A noter également : un autre danger de la route en Islande est le mouton! Ils sont nombreux sur les routes par endroits et ne se pressent pas toujours pour en sortir...

En Islande, il ne faut jamais raisonner en distance mais plutot en temps de trajet : pour faire 30km sur la route numéro 1, vous pouvez mettre 20 minutes mais sur la piste d'Askja plutôt 1H15...

Le choix du véhicule

Conduire en Islande

C'est souvent la question que se pose les touristes avant de partir en Islande. Très souvent, le véhicule détermine un peu le parcours, ou en tout cas permet de faire plus ou moins de choses. Globalement il est préférable de privilégier le 4x4 en hiver.

Il est impossible de prévoir l'état des routes mais il est certains qu'en cas de neige, on a moins de problème à se sortir de certaines situation avec un 4x4 qu'en véhicule classique.

En été, tout dépend ce que vous envisagez de voir. Si vous souhaitez faire le tour de la route numéro 1 et quelques routes adjacentes, un véhicule classique suffira largement. Les routes de terres sont pour la plupart très praticables en véhicule classique.

Dès que vous souhaitez vous éloigner de ces routes, vous tomberez forcément sur des pistes "F", accessibles uniquement aux 4x4.

Attention toutefois, vérifier au préalable avec votre loueur qu'il assure le véhicule en cas de problème sur une de ces pistes car ce n'est pas le cas de tous les loueurs. Il arrive de temps en temps sur ce genre de pistes d'avoir à traverser des gués, inutile de vous dire que c'est strictement inevisageable avec un véhicule traditionnel non 4x4.

Certes le 4x4 est plus cher que le véhicule standard, mais la location de celui-ci prend vraiment du sens en Islande lorsque vous improvisez un peu votre itinéraire. L'accès aux pistes 4x4 est signalée par des panneaux dont nous vous proposons un apperçu.

La signalétique

Conduire en IslandeConduire en IslandeConduire en IslandeConduire en IslandeConduire en Islande






Un panneau que vous verrez souvent en Islande est le panneau indiquant "Malbik Endar", la fin d'une route d'asphalte et le début d'une route de terre. Attention à l'approche de ces panneau, le changement est souvent brutal et il est vivement recommandé de ralentir car la conduite change d'un coup ainsi que le freinage et la direction.

Le panneau "Obruadar Ar", comme on le comprend rapidement indique à passage de gué. Il y a pas mal de gués, surtout dans le centre du pays et si certains sont facilement passable avec un 4x4 d'autres peuvent être complètement impossible il faut donc être très prudent. De la même façon, en façon du temps et notamment de la pluie, un gué passable un jour ne le saura pas forcément le lendemain.

Il ne faut pas hésiter à demander conseil à vos hôtes, dans les stations services pour savoir si les gués que vous avez prévu de franchir sont passables facilement avec votre véhicule. Nombreux sont ceux qui attendent devant un gué la présence d'un autre véhicule en cas de problème ou encore ceux qui vont tester la profondeur du gué pieds nus pour estimer le meilleur passage.

Conduire en Islande

Dans la pratique pratique, il suffit d’enclencher la transmission à 4 roues motrices, de passer la première et d’entrer doucement dans l’eau (ne prenez pas d'élan). Décrivez un arc de cercle en commençant par remonter le courant puis en se dirigeant vers le point de sortie.Gardez ensuite une allure constante et doser correctement l’accélération afin de ne pas aller trop vite pour ne pas recouvrir le capot et de ne pas aller trop doucement au risque que l’eau s’infiltre dans le moteur. Idéalement prenez exemples sur quelques véhicules avant de vous lancer.

Le panneau "Seinfarinn Vegur" indique une route de terre empruntable par un véhicule classique mais qui nécessite de la prudence et de rouler lentement car l'état du terrain est moyen.

"Illfaer Vegur", le fameux panneau indiquant que la piste est strictement interdite aux véhicule classique. Sans 4x4, ne pas s'y aventurer.

Enfin, le panneau beaucoup plus rare "Torleidi", qui indique que la piste est très difficile et réservés à certains 4x4 bien équipés.

Globalement il faut bien comprendre que l'état des routes empire avec la pluie et il est primordial de se reseigner sur le site Vegagerdin pour savoir si une piste est praticable à un instant T. C'est également sur ce site que vous saurez officiellement si une piste est ouverte ou non.

En effet, de nombreuses pistes sont fermées l'hiver et réouvrent entre mi-mai et mi-juillet. Sur ce tableau vous pouvez voir la date d'ouverture moyenne pour une piste.