En ce moment
temps 11°
21:44

Récit de nos 3 semaines en Islande

le 01 septembre 2011 12:41
par Elodie757
Revenir au Forum Bonjour à tous

Tout d'abord, les remerciements rituels (mais extrêmement sincères) à Pierre, Boris, Toufik, Yi, Gollum, Alisa, Yann, David... Et tous les autres assidus de ce forum qui m'ont beaucoup aidée avec leurs réponses pour les uns, et leurs questions pour les autres ! En attendant, peut-être, la rédaction d'un vrai carnet de voyage avec photos, qui prendra du temps, voici un premier récit de nos très belles trois semaines de vacances en Islande du 29 juillet au 18 août. On avait réservé un 4/4 Jimny chez Reykjavik Rent a car + tous nos hébergements à l’avance.
J'évacue rapidement les rares points négatifs, à notre avis, de la destination :
- L’Islande reste un pays cher, même si bien moins j'imagine qu'il y a quelques années. Et même si nous avons pour notre part la chance d’avoir pu nous offrir nos vacances sans compter.
- Une météo pas franchement « estivale », il fait frais, voire très frais, et c’est humide (on a rarement quitté nos polaires). Si certains équipements qu’on avait achetés ne nous ont finalement pas servi (chapeau-moustiquaire, guêtres...), on s'est félicités d'avoir investi dans trois choses indispensables : de bonnes chaussures de marche (si possible avec semelles vibram), un pantalon imperméable et une veste type Gore Tex. On s’est équipés pour les vêtements à Reykjavik : un pantalon et un coupe-vent de la marque locale, 66North, en membrane event : chers mais supers. Je mets la météo en point "négatif" juste parce qu'il faut s'attendre à tout, mais je considère que nous avons été très chanceux : sur 21 jours, nous avons eu 14 jours de "beau temps", dont 6 de très beau temps !
- Les jeunes employés dans les hébergements ou les offices du tourisme étaient toujours sympas mais pas toujours bien renseignés et de bon conseil. Par exemple, à l'office du tourisme de Myvatn, ils ne savaient pas si les gués de la F88 risquaient d'être plus hauts que ceux des F905/910 ; à l'hôtel de Hvammstangi la jeune femme qui nous a accueillis ne savait pas combien de temps ça prenait de faire en voiture la péninsule de Vatsnes alors que c'est l'attraction du coin, etc...
- Dernier point négatif : un certain manque d'hébergements de charme, en dehors de quelques adresses. Disons que la déco, c'est pas trop le truc des Islandais. Je ne sais pas si la comparaison est pertinente, mais il y a par exemple en Afrique australe des lodges magnifiques, quoique onéreux. L'Islande dispose de paysages naturels époustouflants et comparables et pourrait construire quelques écolodges fantastiques, au lieu de gros hôtels types "préfabriqués" en plastique et béton. Les lits jumeaux, nous on les rapprochait tout le temps, et les deux couettes séparées, il faut aussi s’y faire.

Mais disons le clairement : en dehors de ces quelques bémols, l'Islande nous a absolument conquis. Coup de foudre total. Nous y avons trouvé des paysages incroyables, ce sentiment d'immensité, à la hauteur de pays que nous avions beaucoup aimés tels que la Namibie, la Mongolie... Mais à moins de 4 H de vol de Paris ! Pour les randonneurs amateurs mais enthousiastes que nous sommes, c'était la fête tous les jours. En prime, même si on ne voit pas bcp d'Islandais, nous les avons trouvés très sympas et serviables. Je m’attendais à ce qu’ils soient froids, telle n’a pas été notre impression.

Nos coups de cœur, dans le désordre :
Askja, le Laki, Landmannalaugar, Kerlingarfjoll, Jokulsarlon, les fjords de l'est en général et Borgarfjordur Eystri en particulier, la péninsule de Snaefellness, le parc de Skaftafell où nous avons longuement randonné sur le soleil.
Les seuls endroits qui nous ont déçus (c'est subjectif) : le canyon d'Asbyrgi et les chutes de Barnafoss-Hraunfossar.
Voici maintenant un récit jour par jour :

Vendredi 29 : Reykjavik
Après une arrivée à 1 H du matin la veille au soir, nous visitons Reykjavik. Certains disent que ça n’est pas indispensable mais nous avons envie de voir la ville où vivent la majorité des Islandais, pour comprendre le pays. Reykjavik n’est pas une capitale « grandiose » et qui plus est, le temps est maussade, il pleuviote, mais nous apprécions cette ville : à taille humaine, mignonne, maisons colorées. On aime bien l’ambiance. C’est aussi la seule ville où j’ai l’impression qu’il y a de jolis hôtels/restos design et où on trouve de la vie, de l’animation. Notre hôtel : le Center Hotel Thingholt. Design, dans les tons noir et blanc, et bien placé même si chambre petites. On se balade dans les rues commerçantes, autour de l'hôtel de ville et de son lac, autour du port, on monte à la cathédrale... Le midi, on déjeune dans un petit resto sur le port, le Sea Baron : soupe de homard et brochettes de poisson grillées. Le resto propose de la baleine. On réprouve mais pour goûter une fois dans notre vie (en se promettant qu’on ne le refera plus jamais) et pour tenter de comprendre les Islandais sur ce point, on achète une brochette de « minky whale ». Ca ressemble à du bœuf… Puis on visite un petit cinéma qui diffuse un film sur les récentes éruptions volcaniques et deux musées modernes et très bien conçus : l’exposition Reykjavik 871, autour des ruines d’une ancienne maison viking, et surtout, le Musée national d'Islande, qui est passionnant car rien n’y est poussiéreux (muséographie moderne à grand renforts de multimédia, audioguide en français…). Fin d'après midi "détente" (car on sort d’une année de boulot intense) au Laugar Spa, très agréable (jacuzzis, saunas, massages...) et la piscine découverte Laugardalaug attenante. Le soir, fantastique menu dégustation (avec vins) au resto Fish Company. C'est chouette de voir qu'alors que beaucoup d'Islandais se sont convertis aux hots dogs/hamburgers, de jeunes chefs à Reykjavik commencent à mettre en valeur les produits locaux, notamment les poissons, avec beaucoup d'inventivité et de talent (c’est plus ou moins inspiré de la cuisine moléculaire) et ce, pour des prix certes élevés, mais plus doux qu'en France à qualité et innovation égale.
Samedi 30 : Snorkelling, cercle d’or et montée à Kerlingarfjoll
Reykjavik Rent a Car nous amène à l'hôtel notre 4/4 Jimny. Le loueur est très sympa, le 4/4 nous déroute un peu au début, ça ressemble à un 4/4 playmobil, il est petit et sur la route, il "chasse" un peu, mais ces craintes s’avéreront sans fondement puisqu’au final, Jimny nous a menés partout et on n’a même pas crevé ! On quitte Reykjavik tôt car on a RV à Thingvellir à 9 H 30 pour une excursion snorkelling dans la faille de Silfra qu’on a réservée par internet. Il pleut très fort et ça nous inquiète : on se dit, bon, c’est pas grave si le temps est couvert mais espérons qu’il ne pleuvra pas pendant 3 semaines ! La préparation du snorkelling est longue et un peu fastidieuse (combinaison sèche galère à enfiler) mais la guide (allemande… Bcp de jeunes étrangers embauchés l’été dans les structures de loisirs sont étrangers) est sympa et l’activité est étonnante dans une eau à 2 degrés : il n'y a pas de poissons, il fait trop froid, mais la visibilité est incroyable, la roche bleu nuit et les algues, vertes fluos, insolite ! Ensuite, sandwich au centre d'info de Thingvellir pendant qu'il pleut toujours dehors de façon soutenue. Soudain, une éclaircie, et même un peu de soleil : on file donc dans la faille faire la randonnée de 2 H du guide Rother en passant par la cascade. C'est chouette ! On prend ensuite la route pour Geysir. Il pleut à nouveau très fort, difficile de sortir l'appareil photo, mais on est quand même épatés parce que ce site, c'est notre première découverte des solfatares, fumerolles, marmites, etc… Puis Gullfoss qui nous impressionne aussi mais qu'on voit en vitesse ce jour là juste depuis la passerelle du haut car il pleut toujours et il est presque 17 H : on a peur d'arriver trop tard à Kerlingarfjoll où on dort ce soir là. On décide de repasser par la Gullfoss, sur la route, le lendemain soir avec plus de temps et on espère, moins de pluie ! Piste 35 jusqu'à Kerlingarfjoll en 2 H 30, on la trouve très belle, première découverte de l'intérieur de l'Islande et de ses paysages désertiques ! Sur la route, on prend en photo un très bel oiseau dont je ne me souviens plus le nom. Il fait gris mais la pluie a cessé : on découvre qu’apparemment (ça se confirmera en tous cas pour nous pendant le séjour), il pleut moins à l’intérieur des terres que sur la côte. En arrivant au camping/refuge, on mange, on monte rapidement jusqu'au bout de la piste 4/4 sous un beau coucher de soleil (histoire de nous mettre l'eau à la bouche pour le lendemain) et on prend possession de notre petit chalet, à prix dément pour ce que c'est (180 euros !) : l'intérieur est très basique, mais cette petite maisonnette au toit pointu a néanmoins un charme fou dans ce site !
Dimanche 31 : Kerlingarfjoll et resdescente sur Hella
On se réveille tôt (car on a envie de profiter du site) sous une météo que je qualifierais de beau temps : des nuages mais aussi du soleil, et plus du tout de pluie. Petit dej au refuge. Montée sur le "site" en 4/4. Randonnée au dessus du dernier parking jusqu'à la langue glaciaire. Puis descente en 4/4 sur l'avant dernier parking, juste en dessous, et longue randonnée sur le sentier N°7. C'est raide, il y a des plaques de neige, mais c'est... Indescriptible de beauté. Il faut le vivre. Des couleurs, des fumerolles… On regrette déjà de ne pas rester une nuit de plus à Kerlingarfjoll mais surtout, on se félicite de l’avoir rajouté dans notre programme au dernier moment (au début, je n’arrivais pas à le caser !). Pique nique dehors au refuge puis dernière randonnée très sympa sous le soleil le long d'un torrent jusqu'à la petite source chaude où on se baigne tous seuls dans le petit bassin, émerveillés. On a le bon timing : il n’y a personne, ce n’est qu’une fois habillés, sur le point de partir, qu’on verra d’autres touristes arriver. Je note en passant que Kerlingarfjoll, peut-être autrefois peu fréquenté, est maintenant sur la feuille de route de pas mal de touristes : ça commence à se savoir que c’est sublime ! On quitte Kerlingarfjoll assez tard et à regret, sous le soleil, pour redescendre jusqu'à Gullfoss, qu’on visite cette fois tranquillement en descendant au plus près des chutes. Puisqu'il fait beau, on repart aussi à Geysir faire les photos ratées la veille à cause de la pluie. Puis route vers Hella et la « farmholidays » (une ferme à chevaux) Hestheimar. Cette guesthouse est très chouette, cosy, avec un effort de déco. Très jolie salle à manger et super petit dej où les produits, notamment les pâtisseries sucrées maison, sont plus variées que ce qu’on aura par la suite. Malheureusement, on n'y reste qu'une nuit car il n'y avait plus de place les jours suivants.
Lundi 1 : Côte ouest d’Hella à Vik via Skogar
Il fait à nouveau relativement beau et on est contents de prendre plein de photos de l'Hekla et surtout du fameux Eyjafjallajökull à cause duquel on a raté l’an dernier une partie de notre petite semaine de vacances d’avril puisque, à cause du nuage de cendres, j’avais été bloquée en déplacement professionnel aux Etats Unis. On prend ce glacier/volcan en photo sous tous les angles, on s’arrête plein de fois sur la route ! Puis on se rend à l'embarcadère pour les Iles Vestmann où on a des tickets pour le ferry que j’ai eu un mal de chien à obtenir car c’est le dernier jour de leur gros festival estival au nom imprononçable. Damned : je pensais que le départ était à 10 H 30 et c'était 10 H ! Le bateau part sous nos yeux dépités au moment où on se gare dans le parking et le suivant est à 13 H ! On l’a loupé ! Finalement, on en rigole et on visite plutôt la côte (de toutes façons, l’employée du ferry nous a dit de ne pas avoir de regrets pour le festival, les concerts sont finis et il n’y a plus, parait-il, que des jeunes éméchés et des détritus). On parcourt site après site : cascade Seljalandfoss. Cascade Skogafoss qui nous fait forte impression, d’autant qu’on fait une randonnée assez longue dans les prairies au dessus de la cascade vers les sommets, sous un beau soleil (c'est une rando non balisée). Dej café du musée des arts populaires de Skogar et visite du musée, un peu bric à brac mais intéressant. Premières photos des maisonnettes au toit herbeux. Piste en 4/4 juste après Skogar jusqu'à la langue glaciaire du Solheimajokull et balade : ce n’est sans doute pas le plus beau glacier, il est près du volcan donc très noirci par les cendres et en photo, ça rend moins bien qu’avec les yeux, mais c’est quand même étonnant pour nous car c’est le premier qu’on voit. On se risque à faire deux pas et demi dessus de marche, pas plus car il parait que ça peut être dangereux et on n’est pas équipés. Puis falaises Dyrholaey (pas de macareux), très belle plage de sable noir de Vik. On n'a malheureusement pas le temps de se balader longtemps. On regrette donc un peu de ne pas être arrivés plus tôt autour de Vik car la lumière tombe déjà, c’est la fin d’aprèm et on rentre dormir à Hella. De plus, la météo tourne au brouillard (c’est peut-être pour ça qu’il n’y a pas de macareux). Retour vers Hella et Guesthouse Nonni tenue par un adorable vieux monsieur qui cuisine des crêpes et des gaufres tout la soirée et avec qui on discute photo. Diner Arhus café à Hella, une bonne adresse, qui sert jusqu'à 22 H (globalement, je trouve que les Islandais servent les dîner trop tôt, surtout en été lorsque les journées sont longues ! On a essayé de s’adapter aux coutumes locales, évidemment, mais globalement, nos journées étaient bien remplies, on n’est presque jamais arrivés avant 20 H dans les hébergements. En passant un coup de fil pour prévenir, ça n’a jamais posé problème.
Mardi 2 : Iles Vestmann
Cette fois, on repart aux îles Vestmann en prenant le bateau à la bonne heure ! Le festival est fini mais je veux quand même y aller pour une raison : j’espère y voir des macareux. Se rendre sur une île, c'est toujours ludique et l'abordage de celle-ci nous plait avec tous les oiseaux, mouettes et fous de Bassan notamment, qui volent dans tous les sens. Excursion en bateau tout autour de l'île un peu décevante car le marin baragouine de longs discours dans un anglais incompréhensible et inaudible et même si les paysages sont chouettes, on n'entrevoit qu'un ou deux macareux de très loin. Cela dit, on est de bonne humeur car la météo est clémente, fraiche, mais ciel nuages/soleil. Ensuite, on pique nique face à la mer et on randonne toute la journée à pieds autour de l’île (quoique le chemin soit mal balisé, la rando est chouette car les perspectives sur les reliefs de l’île sont très belles avec ce beau temps). Mais… Pas de macareux. Montée à la fin sur le volcan Edfell. Bateau de retour à 17 h 30. Arhus café. 2eme nuit chez Nonni. Notre conclusion : les Iles Vestmann ne sont à notre avis pas un indispensable d'un premier séjour en Islande, d'autant qu'on n'y a pas vraiment vu de macareux, mais on a néanmoins vraiment aimé cette journée de longue rando (une quinzaine de km à pieds quand même, et encore, on n’a pas fait l’extrême sud, l’île n’est pas si petite…) sur une île où on était sans voiture toute la journée et où on a eu la chance d’avoir du soleil (avec du mauvais temps, je déconseille néanmoins car même si les paysages sont beaux, ils le sont partout en Islande et il n'y a pas grand chose à faire dans le bourg qu'on n'a qui plus est pas trouvé très mignon).
Mercredi 3 : Landmannalaugar
Départ matinal depuis Hella pour Landmannalaugar par la 26 et F225. Très belle route, on s’arrête plusieurs fois prendre notamment des photos de l’Hekla. Premiers gués en arrivant sur le site, les gués sont bas mais premiers frissons quand même (on n’avait pas bien enclenché la vitesse !). Arrivée sur le site fin de matinée. Il fait froid, il vente et il pleut un peu. On installe nos sacs de couchage dans le dortoir du refuge. C’est rustique mais au moins, par rapport aux campeurs que je n’envie pas, c’est chauffé. On pensait avoir vu le plus beau avec Kerlingarfjoll mais on est tout aussi conquis, si ce n’est plus, par Landmannalaugar, où les possibilités de randos sont encore plus grandes. On découvre avec stupéfaction que certains touristes ne viennent que 3 H pour se baigner dans la source chaude et faire quelques pas. Quel dommage de ne pas randonner dans ces paysages incroyables ! On achète la petite carte des randos et on décide de faire la magnifique rando Brennisteinsalda, qui nous prend environ 5 H avec les arrêts photos. Il fait un peu gris mais il ne pleut plus, on profite de toute la rando au sec. Paysages variés et sublimes : champs de lave, montagnes colorées, vaste plaine… Puis baignade en fin de journée dans cette super et vaste source chaude. En sortant de l’eau chaude, il fait froid, il s’est remis à pleuvoir… Le bloc sanitaires du refuge est un peu basique et encombré (on est peut-être un peu chochottes mais on n’est pas campeurs) et il faut payer 500 couronnes la douche chaude de 5 min ! On n’hésite pas car il caille… Ensuite, on se réchauffe nos Bolinos dans la cuisine du refuge, dodo assez tôt et nuit pas terrible car des randonneurs ont quitté le dortoir à 4 H du matin en faisant un boucan pas possible et en prenant des photos des autres dormeurs au flash (!) et il y avait plein de ronfleurs. On se réveille donc tôt mais de bonne humeur quand même, après tout, le dortoir, ça n’est que pour une nuit… En plus, la météo est pas mal : davantage de nuages que de soleil mais le soleil passe quand même par intermittence et il fait sec toute la journée et moins froid.
Jeudi 4 : Landmannalaugar
Ce matin, on hésite entre la rando Blahnukur et la Ljotipollur mais la première risque de ressembler à la Brennisteinsalda de la veille, c’est la montagne d’à côté, alors que l’autre nous emmène totalement dans un autre coin. On avance donc un peu en 4/4 jusqu’à la jonction avec la piste 208 où on stationne le Jimny (la toute première partie de la rando, sur la route, n’est pas intéressante) et on fait toute la boucle. Là encore, magnifique rando, différente de la veille : lac dans le cratère Ljotipollur, immense autre lac à côté… Ne pas hésiter à faire la rando jusqu’au bout car sur la fin, on prend de la hauteur et le panorama est sublime. On se baigne à nouveau dans la source chaude et on quitte Landamanalaugar par la piste 208. Le premier gué juste en quittant le site nous cause quelques frayeurs : il a l’air profond. Mon mari s’y aventure à pieds et revient en pestant car il a inondé l’intérieur de ses chaussures en gore tex qu’il pensait étanches. Finalement, le gué n’était pas si profond que ça, on passe ! La piste 208 est sublime, nombreux arrêts photos (notamment un lac où les montagnes recouvertes de mousses vertes fluos se reflètent dans une étonnante symétrie) mais elle est plus difficile qu’on l’aurait cru. On compte au total 17 « gués » et on n’avance pas vite ! On s’arrête randonner dans la faille d’Eldja vers la chute Oraefoss : la balade est jolie (sable noir et mousses vertes) mais il faut savoir, pour planifier son temps, que l’AR prend environ 1 H 30. Lorsqu’on reprend la route, le brouillard tombe brusquement et on fait la fin de la piste en n’y voyant plus rien du panorama. Dommage, car je suis sûre que c’était fantastique. On arrive assez tard, vers 21 h, à Klaustur, Hôtel Laki d’Efri Vik, juste à temps pour pouvoir encore dîner. Le buffet est bon (beaucoup de poissons froids). L’hôtel est… Etrange : des parties communes plutôt réussies (bar, partie resto avec grandes baies vitrées sur joli panorama et parquet clair à la scandinave) et ce côté « préfabriqué » dans les chambres : salle de bains en plastique et étagères avec encore les étiquettes Ikéa collées dessus. Néanmoins, c’est très propre et confortable. Douillet même par rapport au refuge de Landmannalaugar 
Vendredi 5 : Lakagigar
Réveil sous une pluie battante. On a prévu de consacrer notre journée au Lakagigar et on est du coup un peu sceptiques. A cause de la météo mais aussi parce qu’à l’hôtel, on nous a dit que ça ne passait pas avec le Jimny question gués. Comme ils vendent des excursions en super jeep clés en mains, on se demande quand même s’ils sont de bonne foi et on passe à l’office du tourisme. La vieille dame de l’office est gentille mais a l’air de s’y connaître davantage en tricot qu’en 4/4 ! Bon, de toutes façons, c’est ça qu’on a prévu pour aujourd’hui donc on se lance, en espérant ne pas avoir à rebrousser chemin. En rentrant dans les terres, première bonne nouvelle : la pluie s’arrête. Deuxième bonne nouvelle : on croise deux 4/4 revenant en sens inverse qui nous disent que ça passe avec le Jimny. On trouve la piste plutôt cassante et fatigante. En arrivant sur le site, on randonne jusqu’en haut : éblouissement face aux panoramas de la chaîne de volcans. En redescendant, un ranger présent dans une petite cahute sur le site nous conseille de faire la boucle par la 207 en nous disant que ça continue à passer côté gués et qu’il faut surtout s’arrêter randonner un peu pour voir un lac dans un petit cratère un peu plus loin. Je confirme : si on vous dit que ça passe côté gués (et même s’il faut rebrousser chemin, d’ailleurs), la boucle du Laki est absolument à faire pour les paysages et les couleurs (noir, vert fluo, là encore, difficile à décrire, il faut le vivre) et ce petit lac. Malheureusement, nous, on ne randonne pas très longtemps à l’endroit en question car la pluie, très forte, est revenue et ne nous quittera plus jusqu’au soir. On s’en fiche un peu car la journée est déjà très réussie : le temps était clément pour la montée au sommet du Laki. Sur la route du retour, il pleut très fort, donc on ne s’arrête pas à la cascade qui se situe plus ou moins sur la route mais on voit le canyon juste avant de revenir à Klaustur à la faveur d’une accalmie de la météo (joli), on s’arrête un peu photographier les chutes d’eau à Klaustur et la « chaussée de l'église » (plus intéressant que spectaculaire, si on la rate, ça n’est pas très grave). Deuxième nuit à l’hôtel Laki : on s’offre un apéro et du vin pour fêter la journée au Laki ! A ce propos, certains disent qu’une demi journée pour faire le Laki suffit, moi ça me parait trop juste : il faut compter près de 2 H pour y aller (pareil pour revenir) mais ajouter la montée au sommet, la boucle du Laki, la petite rando autour du petit lac etc…
Samedi 6 : parc de Skaftafell
Arrêt mignonne église au toit de tourbe de Nupstadur. C’est très étonnant : en quittant Klaustur ce matin, la météo était bof et une heure plus loin à Skaftafell, il fait beau ! On envisage l’excursion en tracteur au cap Ingolshofdi mais son organisateur, qu’on joint par téléphone, nous prévient avec beaucoup d’honnêteté que les macareux sont partis et qu’il n’y a plus franchement d’autres oiseaux non plus. Je suis déçue car à ce moment là je me dis : Bon, OK, on est le 6 août, on n’a pas vu de macareux aux îles Vestmann, ni à Dyrolahey, ni à Vik, ici ils sont partis aussi, donc on n’en verra plus. On décide donc de ne pas faire cette excursion, on achète des sandwichs : on a toute la journée pour randonner dans le parc de Skaftafell et on y marche pendant 8 H : montée par le côté est à travers une forêt de bouleaux avec de très jolies fleurs et oiseaux jusqu’au point de vue Sjonarnipa, puis point de vue Glama (supers panoramas sur le glacier). Traversée vers l’autre versant et descente avec la cascade Svartifoss. Le soir, on est épuisés mais super contents : la rando était très belle. Dès qu’on s’éloigne des parkings et qu’on randonne, il n’y a presque aucun touriste ! Il faisait beau, ce sera une des meilleures journées de nos vacances. Le soir : guesthouse Frost and fire dans le petit bourg de Hof qui possède une croquignolette église au toit de tourbe. La guesthouse est quasi luxueuse avec un spa (même s’il est trop tard pour nous pour en profiter) et de vastes chambres décorées dans les tons rouge et noir.
Dimanche 7 : marche de 4 H sur le glacier et Jokulsarlon
Ce matin, il fait à nouveau beau temps. On revient un peu sur nos pas jusqu’au centre d’infos du parc de Skaftafell où on a rendez vous avec Iceland Mountain Guides pour une marche de 4 H sur le glacier avec crampons. C’est un petit peu fatigant mais très chouette à faire, géniale impression que d’être sur le glacier, au milieu des crevasses. Puis on découvre, émerveillés, la lagune de Fjallsarlon. Déjeuner en terrasse, sous un beau soleil, au Jokularson café. C’est pas très original, mais on adore ce site : il ne nous déçoit pas du tout par rapport à ce qu’on en attendait, d’autant qu’il fait très beau. On ne fait pas la balade en bateau amphibie dont on ne voit pas trop l’intérêt mais on marche le long des berges du lac en faisant des dizaines de photos. Seule minuscule déception : il n’y a pas de phoques. Puis on va se promener longuement sur la plage en face et on reprend des dizaines de photos des icebergs sur le sable noir. Petit coup de gueule en passant : de nombreux touristes se prennent en photo en posant le pied fièrement sur les icebergs, résultat : des blocs de glace maculés de traces de grosses chaussures noires, c’est débile. Le soir, on dort au country hôtel Smyrlagjorg. C’est un peu kitsch-vieillot, les chambres ne sont plus de première jeunesse, mais les buffets du dîner et du petit déjeuner sont très bons, copieux et variés. Si c’était à refaire, cela dit, je prendrais davantage de « farm holidays » plus intimes : guesthouses plutôt que countryhotels.
Lundi 8 : route des fjords de l’est jusqu’à Seydisfjordur
Ce matin, on se réveille sous un soleil éblouissant et un ciel bleu gitane. On a déjà eu plusieurs jours qu’on avait qualifiés de beau temps mais là, la couleur du ciel est méditerranéenne et il n’y a pas un nuage ! C’est possible aussi en Islande ! On passe en voiture dans Höfn, qu’on trouve plutôt pas mal sous ce soleil, même s’il est trop tôt pour y manger des langoustines, on y photographie de belles maisons, puis on fait la route des fjords en s’arrêtant assez souvent prendre pas mal de photos et surtout, marcher un peu et prendre l’air ! La route prend plus de temps que je l’avais prévu, j’avais pensé m’arrêter dans plusieurs petits musées mais on se rend compte qu’on n’en n’a pas trop le temps, mais il fait si beau qu’on n’a aucun regret et que ça ne nous donne pas vraiment l’impression de passer la journée en voiture. Les villages en eux-mêmes ne sont pas inoubliables (certains sont jolis, comme Djupivogur, d’autres moins) mais sous cette météo incroyable, les fjords de l’est, dont je n’attendais pas forcément beaucoup, vu que sur les forums, plusieurs personnes ne les avaient pas aimés, nous plaisent énormément. Vers 16 H, on fait un déjeuner tardif/goûter au café Margret de Breidalsvik. Le bourg n’a pas d’intérêt mais ce petit chalet de poupées en bois façon Petite Maison dans la prairie est une des rares adresses de charme du pays. On y mange bien et ils louent quelques chambres qui doivent être adorables. On décide d’aller voir les villages de Eskifjordur et Neskaupstadur (accessible par un tunnel à une seule voie !) et cette route qui grimpe nous révèle de beaux panoramas. Du coup, pas le temps d’aller voir le fjord de Modruladur tant vanté par le guide du Routard, car il est au bout d’une piste non goudronnée et on n’a plus le temps de faire l’AR car il faut encore aller à Seydisfjordur : tant pis, c’était une très belle journée ! On arrive tard à Seydisfjordur, il est 21 H 30, mais une belle surprise nous attend : l’hôtel Aldan où on a réservé deux nuits, est l’un des très rares hôtels de charme de l’Islande et c’est vraiment très chouette : chambre claire, vaste, bien décorée. L’un de nos hôtels préférés du séjour. On n’y dîne pas ce soir là car il est trop tard mais dans le village, un café style bobo sert, dans une ambiance décontractée, des quiches, pâtes, salades, bons gâteaux…
Mardi 9 : fjords de l’est : Seydisforjdur, environs d’Egillstadir, Borgarfjördur Eystri
Ce matin, le temps est un peu couvert mais sec. On a réservé un tour en kayak de 2 H dans « notre » fjord, celui dans lequel on loge, Seydisfjordur. Ca n’est pas la première fois qu’on en fait et pourtant, c’est un peu plus dur que ce qu’on attendait (pas mal de vent, ça fait mal aux bras !) mais c’est bien agréable. Les kayaks colorés posés sur le gazon et le village de Seydisforjdur au fond : l’une des plus jolies visions et photos de notre séjour ! . Puis on repart en voiture jusqu’à Egilsstadir et au-delà, par la route 910 je crois (bien goudronnée), vers le mont Snaeffel. Pourquoi ? Parce que j’ai lu qu’il pouvait y avoir des rennes dans cette région. On avance un bon moment, presque jusqu’au pied de la piste qui part au mont Snaeffel en fait. Les paysages sont beaux mais… Pas de rennes ! On croise un agriculteur en tracteur un peu sceptique qui nous dit qu’ils sont encore plus loin, plutôt vers le barrage de Karahnjukar, mais pas si simples à voir. Du coup, on hésite : si on laisse tomber maintenant, on n’est pas trop déçus car les paysages de cette route sont jolis, mais si on y consacre toute la journée sans descendre de voiture et qu’on reste bredouilles, ça ne vaut peut-être pas le coup. D’autant qu’il fait beau, la couverture nuageuse du matin s’est déchirée et s’il reste quelques nuages deci delà, le soleil est bien présent. On décide donc de rebrousser chemin… Sur le retour, on s’arrête faire la randonnée de la cascade Hengifoss. C’est une belle balade mais ça grimpe un peu (alors que c’est classé bleu, facile, par le guide Rother). Puis retour par la route d’en face, pour traverser en voiture la forêt d’Hallormsstadur. On décide ensuite de se rendre dans le fjord de Borgarfjordur eystri. On veut s’y rendre car j’ai lu sur ce forum que ce fjord était très beau mais j’ai aussi un autre petit espoir secret : j’ai lu dans un post de Boris qu’on pouvait y voir des macareux ! C’est un peu long pour y arriver, la route n’est majoritairement pas goudronnée, mais les paysages sont plus déchiquetés, plus impressionnants que dans les fjords précédents. Lorsqu’on arrive dans le tout petit bourg (en lui-même, banal), c’est déjà la fin de l’après midi mais le temps est beau, la lumière magnifique, il y a de jolies montagnes tout autour et une très longue plage. On a un gros coup de cœur pour cet endroit où on regrette immédiatement de ne pas pouvoir rester plus longtemps, notamment pour randonner. Et le plus beau est à venir : au nord du bourg, un adorable petit port et un ilot rocheux avec beaucoup d’oiseaux et… Plein plein de macareux ! Qu’on admire de relativement près… Peut-être pas d’aussi près que ceux que certains ont pu voir aux falaises de Latrabarg, mais quand même. On quitte ce fjord à regret car on a réservé pour dîner au resto de notre hôtel Aldan à Seydisfjordur à 21 H… Des images plein la tête et plein de photos de macareux ! Très bon repas, notamment de poissons, à l’hôtel Aldan.
Mercredi 10 : Route vers Myvatn, environs de Dettifoss
Ce matin, le ciel est à nouveau bleu marine et le soleil brille fort. On se balade une petite heure tranquillement à pieds dans Seydisfjordur pour prendre des photos du village et des maisons colorées. J’ai envie de retourner au fjord de Borgarfjordur mais mon mari me dit qu’on n’a pas le temps : il pense, à raison, que si c’est pour y passer juste une heure ça ne vaut pas le coup, on va faire la même chose que la veille. Mieux vaut prendre la route de Myvatn. Le temps est beau, la route relativement désertique. A l’heure du déjeuner, on fait un petit crochet vers Modruladur, une ferme avec une adorable petite église et des constructions au toit herbeux. L’endroit est bucolique, il y a un café qui propose une petite restauration, on mange dehors au soleil en T shirt (!) et il fait si doux qu’on fait même un peu la sieste dans l’herbe. On reprend ensuite la route et on bifurque sur la 862 pour voir Dettifoss où on s’arrête un long moment. Forte impression. Difficile de dire si on préfère Gullfoss du Cercle d’Or ou Dettifoss mais les deux sont grandioses. En revanche, on ne trouve pas la cascade… Tant pis ! On a la mauvaise surprise de voir que la suite de la route 862 n’est pas goudronnée et qu’elle est relativement pénible. Ca nous saoule un peu car on a déjà fait pas mal de route depuis ce matin. On pousse jusqu’au canyon d’Asbyrgi et là, grosse déception. Pourtant il fait très beau mais on a l’impression d’avoir fait beaucoup de piste un peu fatigante pour un site qui nous parait bof. On fait quelques pas dans la petite forêt au fond du canyon mais tous comptes faits, on n’a pas envie de randonner à cet endroit plus longtemps car le site nous déçoit (peut-être que si on le découvre autrement, juste en passant, comme un stop au retour d’Husavik, c’est différent… Pour nous, c’était une « destination en soi », et ça ne l’a pas fait…). En revanche, sur le retour, on s’arrête à pour faire la randonnée du guide Rother de Raudholar. Cette rando nous plaît beaucoup : roches aux formes étonnantes, ruisseau bucolique, même si on n’a pas eu le temps d’aller tout au bout. On arrive à Reykjahlid bien tard, à 22 H. On dîner dans un resto, Gamli Baerinn, où pour la première fois on a l’impression que le service n’est pas très souriant : Myvatn est très touristique, ceci doit expliquer cela. Notre hôtel, le Reynihlid, est sensé être le plus luxueux du coin. En fait, si notre chambre est vaste, elle est totalement dénuée de charme, ça ressemble à un hôtel de chaîne. J’avais initialement essayé de réserver d’autres adresses plus intimes dans le coin, mais il n’y avait plus de place : il y a en fait relativement peu de logements à Myvatn même, il faut s’y prendre très tôt.
Le lendemain, on a prévu d’aller à Askja mais la réceptionniste de l’hôtel douche notre enthousiasme : elle nous dit que ça prend 10 H de voiture aller retour (rien que pour le trajet) et que les gués par la F88 sont trop durs pour le Jimny. Je dis à mon chéri que dans ce cas là, il faudra repasser par Modruladur, 905 et 910, et très contrarié, il me dit : « parce qu’on peut aller à Askja par Modruladur ? » et là, il me demande pourquoi on n’a pas, ce soir, dormi à Modruladur (du coup on aurait eu le temps de retourner longuement à Borgarfjordur et même d’y randonner), on aurait du coup gagné du temps demain pour Askja, et fait les attractions autour de Myvatn + Dettifoss le dernier jour et tant pis pour Asbyrgi qu’on n’a pas aimé et pour Raudholar (même si ça, on a aimé). Eh oui, c’est moi qui ai préparé le programme et je n’avais lu nulle part qu’on pouvait dormir à Modruladur ! Pour un homme, l’idée de revenir sur ses pas, c’est pas rationnel ! On est un peu contrariés, mais c’est pas très grave non plus… Je propose à mon mari de reporter Askja au surlendemain afin de se poser le lendemain sans faire trop de voiture. Ca nous fera du bien après une journée déjà chargée en route et on aura le temps de prendre d’autres avis sur le temps de trajet et les gués. Le soir, je poste sur mon i phone un message sur le forum afin de vérifier cette histoire de 10 H de trajet pour Askja.
Jeudi 11 : autour du lac Myvatn
Le matin, en me connectant sur le forum, je découvre, soulagée, une réponse de Pierre (merci pour cette incroyable réactivité qui nous a été précieuse !) qui m’assure que la route aller ne prend que 2 H 30 à 3 H et non pas 5. Ca change quand même les choses… Après le petit déjeuner, on se rend aussitôt à l’office du tourisme où le jeune employé pas bien renseigné, comme je l’ai dit plus haut, me dit qu’à priori les gués sur la 88 ne sont « jamais » plus méchants que sur la 905/910. Pfff… On verra bien demain, on tentera par la 88 et peut-être l’autre au retour. Il fait très beau une nouvelle fois. On visite tout d’abord le site de Namajfall. En fait, on prend une piste de 4/4 et finalement, on se gare sur le haut du site, et non au parking de Hverir en bas. Mais tant mieux ! Comme ça, on randonne d’abord sur tout le haut, puis on reprend le Jimny pour se re-garer en bas et se balader à nouveau en s’épargnant juste une montée à pieds bien raide entre les deux. On aime beaucoup Namajfall. Ensuite, site du Krafla (Leirhnjukur) et comme on a gagné un peu de temps sur Namajfall, on a beaucoup de temps pour randonner tranquillement ici et on ne le regrette pas car, comme l’ont déjà mentionné plusieurs personnes, ce site est « trois étoiles », même si on n’y est pas tout seul. Ensuite étonnant lac bleu du cratère viti de Myvatn et arrêt photo pour immortaliser une curieuse douche-WC en pleine nature ! On mange au café Vogafjos, connu pour posséder une baie vitrée d’où on voit l’étable de l’autre côté, une bonne assiette de produits locaux (poissons fumés, pain cuit sur la lave…) et de bons gâteaux : c’est cher mais ça nous change des sandwichs au gouda et yaourts à boire qui ont constitué la base de nos déjeuners la plupart du temps au cours des pique nique durant les randos. Puis on grimpe au Hverfjall où le panorama sur le lac Myvatn est sublime et là je conseille aux voyageurs : si vous avez peu de temps à Myvatn et qu’il faut choisir, faites Namajfall, Krafla, Hverfjall et Dettifoss (incontournables). Car comme je l’ai dit hier, à notre avis, Asbyrgi, bof, et les autres sites de Myvatn (pseudo cratères, Hofdi, Dimmuborgir) que nous avons vu ce jour là, ne valent pas tellement le coup. On peut s’en passer. Petite déception : on ne peut pas vraiment faire le tour du lac à pieds, ça n’est pas aménagé pour ça. Ensuite, on finit la journée par une très longue et délicieuse baignade au lagon bleu de Myvatn. On y reste si tard qu’on n’a pas envie de dîner…
Vendredi 12 : Askja
On a décidé ce matin de se lever très tôt pour prendre cette fameuse route pour Askja à 7 H 30. Il y a beaucoup de brouillard et on s’engage sur la F88 avec une légère appréhension mais après environ ¾ d’heure de route, le brouillard se dissipe complètement. Il fait à nouveau grand ciel bleu ! On adore cette route et notamment la montagne Herdubreid, la reine des montagnes, qu’on prend en photo sous tous les angles. Quelle belle montagne ! Le gué de la Lindaa nous fait frissonner mais on le passe ! Bonne initiative : ils ont mis une corde et un panneau avec un dessin pour expliquer comment le traverser. On arrive au parking tous contents au bout de 2 H 50 de route exactement en se disant « Pierre avait raison ! ». Et là, Askja… Pfff… Fantastique. On a adoré. Ce qui est incroyable, c’est qu’il faisait chaud ! Du coup, l’eau du cratère Viti était à la parfaite température et les gens, nous y compris, se séchaient en maillot de bain au soleil ! Sérieusement, il devait faire environ 22/23 degrés. Lorsque j’ai lu récemment sur le forum que quelques jours après nous, des vacanciers ont eu 1° et des chutes de neige, je n’en revenais pas ! Comme il faisait très beau, qu’on s’est longuement baignés, qu’on a marché autour du grand lac froid, pique niqué… on est restés en tout 5 H 30 sur le site même ! Donc heureusement qu’on s’est levés tôt. Au refuge de Drekagil, on a demandé à la jeune gardienne si le gué de la F88 risquait d’être plus haut que le matin mais elle ne le pensait pas, dont on a décidé de rentrer par la même route, pour ne pas la rallonger. Sur la route du retour, on a filmé avec nos téléphones le gué de la Lindaa, on l’a pris en photo, on était heureux comme des gamins ! Même si j’ai adoré le Landmannalaugar, Kerlingarfjoll… Je ne sais pas si cette journée n’a pas été ma préférée : non seulement parce que le site d’Askja est grandiose mais aussi parce qu’il y a ce stress, les gués, va-t-on y arriver, finalement on y arrive, on est heureux (comme pour la journée du Laki), on a réussi notre « grand chelem » personnel des sites de l’intérieur ! De retour à Myvatn, on voit la grotte Grjotagja et on « fête » Askja par un nouveau bon repas au café Vogafjos qui nous a semblé être la meilleure adresse du secteur (il n’y a pas grand-chose d’autre).
Samedi 13 : Husavik, Godafoss, Akureyri
Arrivés à Husavik, il fait toujours beau, quoique un peu plus couvert que la veille et du coup, on trouve ce petit port mignon (je me demande même si ça n’est pas plus sympa de loger ici qu’à Myvatn). On prend un « whales and puffins tour », plus long d’une heure que le « whale watching tour classique » et on ne le regrette pas : on n’a pas trouvé ça attrape touriste car le guide était débordant d’enthousiasme et surtout, on a vu plein de choses. Tout d’abord, des centaines de macareux de relativement près autour d’un îlot (au final, c’est là où on ne les attendait pas qu’on les aura vus !) puis on a eu de la chance : des dauphins, de près, des minky whales (de loin) mais surtout, à plusieurs reprises, et de très près, une énorme baleine à bosses ! Grosse émotion, instants grandioses. Ensuite, très bon déjeuner sur le port au Gamli Baukur (soupe de poissons et poissons grillé). Stop sur la route d’Akureyri aux chutes Godafoss (pas les plus belles mais très bien quand même). Après avoir posé nos affaires au countryhotel Sveinbjarnagerdi (là aussi, confortable mais un peu vieillot et chambres basiques), on file vers Akureyri. On se balade en ville et on visite le jardin botanique. La ville est petite, mignonne (maisons colorées) et on déniche un très bon resto à la déco contemporaine, le Rub23 (sushis inventifs notamment à base de poissons locaux). Mais au final, impression un peu bizarre quand même parce que, on est samedi soir, et est ce que c’est parce que ce sont les vacances d’été ? Où sont les Islandais ? En tous cas, c’est mort, désert. On est quasiment les seuls dans la rue piétonne à 20 H. Ca manque totalement de vie, de gaité, d’animation, et du coup c’est un poil déprimant.
Dimanche 14 : journée sportive, équitation et rafting vers Varmahlid
Aujourd’hui, on a prévu une journée activité sportives, réservée depuis la France par internet, à une petite heure de route d’Akureyri, à Varmahlid. Cheval le matin et rafting l’après midi. On est des cavaliers débutants, donc c’est une promenade tranquille de deux heures et c’est bien sympathique de monter ces chevaux islandais et de ne pas seulement les prendre en photo. Malheureusement, la météo a changé : il fait gris, froid et très venteux, mais pas de pluie. Après une pause sandwich, briefing pour le rafting. Vu la météo, il faut se motiver pour se dire qu’on va plonger dans de l’eau glaciale, même avec des combinaisons. On a déjà fait du rafting en Equateur et aux chutes Victoria, du coup on a réservé des rapides difficulté 4+ sur 5. Bilan de l’après midi : beaucoup de fun et d’émotions mais aussi quelques frayeurs avec un rafting difficile avec des rapides corsés, le canoe se retournant plusieurs fois dans l’eau, on a dévalé le courant dans l’eau glacée en ayant assez peur etc… . Le soir, on dort à Saudarkraukur. La ville est pas trop mal et surtout, notre hôtel est très chouette. L’hôtel Tindastoll est le plus vieil hôtel de toute l’Islande, une vieille maison de bois avec parquets qui craquent, chambres toutes différentes, antiquités, tapis et hot pot en pierres à l’extérieur et en plus, il y a un très bon resto de poissons juste à côté ! On regrette de n’y rester qu’une nuit.
Lundi 15 : Holar, Siglufjordur, Glaumbaer, Grettislaug
Ce matin, le temps est maussade, on visite l’évéché de Holar. Ce n’est pas inoubliable mais c’est intéressant et ce bourg rouge et blanc sur fond de falaises vertes est photogénique. Normalement, on a prévu de ne pas trop s’attarder dans le coin car on veut visiter cet aprèm midi la péninsule de Vatsnes avant de dormir à Hvammstangi mais finalement, quelqu’un nous conseille d’aller voir Siglufjordur en nous disant que c’est très beau. On hésite un peu, ça risque de bousculer la journée mais finalement, on décide d’y aller. On y arrive sous une pluie battante et puisqu’il pleut trop pour se promener, on visite l’écomusée du hareng. Au final, on n’a pas trop vu si ce bourg et ce fjord étaient très beaux vu la météo pourrie mais on a été très impressionnés par ce musée du hareng car on ignorait l’histoire de ces villes du nord de l’Islande qui ont connu la prospérité et l’animation et qui ont fait faillite à cause de la disparition du poisson dans l’océan du fait de la surpêche ! Le musée est extrêmement bien fait et le contraste avec ce bourg désert sous la pluie était très fort, émouvant, marquant. Forte impression, plongée dans l’histoire. Ensuite, on a visité l’écomusée de Glaumbaer (longue ferme de tourbe) après avoir déjeuné dans l’adorable salon de thé du musée. On a trouvé cette visite très intéressante, mieux encore que celle du musée de Skogar. Bref, après la journée « tout sport », c’était un peu la journée « musées », l’une des rares de notre séjour, ça change ! Et ça tombait bien, vu qu’il a plu une bonne partie de la journée. Le soir, on est repartis au dessus de Saudarkraukur pour se rendre à la source chaude Grettislaug. Ce n’est pas une source 100% sauvage, elle est aménagée (jacuzzis de pierre, petits chemins, l’agriculteur qui possède le terrain fait même payer un petit droit d’entrée) mais elle est chouette quand même car elle est à deux pas de l’océan qui est juste à côté derrière la petit barrière de rochers. Il pleuvait toujours fort et il faisait un peu froid mais on s’est déshabillés vite fait en riant pour se glisser dans l’eau brûlante sous la pluie, c’est ça aussi l’Islande ! Dîner et nuit au Gauksmyri lodge d’Hvammstangi, une ferme équestre plutôt pas mal, avec des chambres modernes agrémentées de tissus fleuris.
Mardi 16 : péninsule de Vatsnes et péninsule de Snaefellness nord
Ce matin, il pleut à nouveau. Du coup, on hésite à faire la péninsule de Vatsnes qu’on n’a pas eu le temps de faire hier, d’autant que les employés du lodge ne savent pas trop le temps que ça prend (en fait, compter facilement 3 H). Bon, finalement, on y va, car j’ai envie de voir des phoques. Bilan : la péninsule de Vatsnes est belle (on a aimé les paysages malgré la forte pluie) mais, je suis de l’avis de Pierre : elle est surcôtée par le Guide du Routard. Si le temps vous est compté, zappez Vatsnes pour passer plus de temps à Snaefellness. Cela dit, on y a vu des phoques dans l’eau, à Illugstadir, et rien que pour ça, à nos yeux, ça valait le coup. Ensuite, route un peu longue jusqu’à Stikkisholmur. Le temps reste gris mais il ne pleut plus. On mange dans un bon resto, (soupe de poissons, moules) et on se balade vers le port avec jolis panoramas sur tous les îlots du fjord. On aime bien cette ville et on se dit qu’on y repassera avec plaisir pour y prendre le ferry lorsqu’on fera les fjords de l’ouest lors d’un prochain voyage (à ce stade des vacances, on est déjà sûrs qu’on aura envie de revenir un jour en Islande et notamment de faire cette fois les fjords de l’ouest !). On continue ensuite cette péninsule de Snaeffellness nord. Je conseille absolument de faire un petit décroché par la piste qui part à gauche, 558 je crois (champs de lave et mousses fluos, j’adore les mousses fluos !). On traverse Grundarfjordur, Olafsvik, on s’arrête prendre des photos, on va jusqu’au bout d’une piste avec phare et falaises où on marche un peu, puis on marche longuement sur les plages de sable noir de Dritvik et celle d’à côté. Le moment est très spécial : c’est très beau, on est tous seuls, la météo est en train de changer et le soleil commence à apparaître, la lumière de cette fin d’après midi est très belle. On passe rapidement à Hellnar et Anastrapi car on a prévu d’y retourner le lendemain. En attendant, l’hôtel Budir nous attend un peu plus loin. C’est l’un des hôtels les plus onéreux mais aussi des plus charmants d’Islande (le meilleur de notre séjour, je pense). L’hôtel est cosy à l’intérieur, style manoir écossais moderne, mais c’est surtout la situation qui est fantastique : au milieu de nulle part, à côté d’une petite église de bois toute noire et en bordure d’une plage de sable blond exceptionnelle. Le resto de l’hôtel Budir est également délicieux.
Mercredi 17 : péninsule de Snaefellness sur et Barnaffos/Hraunfossar
Ce matin, chouette surprise, on se réveille sous un super soleil qui s’annonçait déjà un peu la veille. Résultat : le volcan Snaefelljökull est tout dégagé ! La veille, on ne le voyait même pas. On se balade longuement autour de la plage de Budir. Puis on repart vers Anastrapi faire la rando entre Anastrapi et Hellnar. Après quelques autres stops (une faille, des colonnes de basalte, la plage d’Ytri Tunga où on marche longuement sur les rochers pour voir quelques phoques de loin, aux jumelles, on ne les voit pas très bien mais c’est sympa quand même), on se baigne dans une délicieuse, minuscule et désertique source chaude presque au bout de la péninsule. Bilan de la péninsule de Snaefellness : super. Au sortir du bain, on décide de se rendre aux chutes de Hraunfossar/Barnaffoss… La route n’est pas désagréable et il fait toujours aussi beau mais les chutes nous déçoivent beaucoup : elles sont toutes petites par rapport à ce que j’avais imaginé en voyant les photos. Est-ce parce qu’on a déjà vu trop de cascades à ce stade du voyage ? En tous cas, on se dit qu’on aurait pu s’en passer vu que la route est un peu longue pour y arriver. On prend quelques photos des sources chaudes autour de Reykholt et on rejoint l’hôtel où on passe notre dernière nuit islandaise : l’hôtel Glymur, dans le fjord de, région d’Akranes. L’hôtel est un mélange assez détonnant de grand confort et de déco kitsch/hyper chargée.
Jeudi 18
Pour notre dernière journée en Islande, la météo est fantastique. Super soleil. Pas un nuage. De quoi nous donner vraiment le blues de repartir ! On fait route jusqu’à Hveragerdi et on randonne jusqu’au ruisseau chaud où on se baigne. Dernière chouette rando ! Puis, on visite un peu la péninsule de Reykjanes, même si on n’a pas le temps de tout voir : lacs bleus et zone géothermique de Krisuvik-Seltun (on en a déjà vu mais ça reste toujours aussi beau, couleurs incroyable avec cette météo). Ensuite, après un passage en voiture dans Grindavik, Blue lagoon ! Où on s’offre un massage prodigué sur un matelas dans l'eau. Notre impression : oui, c’est touristique, oui, c’est très cher, mais on a été bon public quand même : il n’y a qu’en Islande qu’on a vu ça et on a beaucoup aimé, même si ça a moins de charme qu’une source dans la nature. On est ensuite repartis pour Reykjavik (on avait le temps, avion à une heure et demi du matin) qu’on a eu le plaisir de revoir rapidement sous un soleil radieux alors qu’il faisait moche le premier jour. Dernier fantastique dîner au Seafood Cellar, à la hauteur du resto du premier jour.
Bilan : quand est qu’on y retourne ?!? L’hiver ? Pas forcément une priorité pour nous, d’autant qu’on a déjà fait la Laponie, la Mongolie l’hiver… Mais en juin ou juillet, pour voir le soleil de minuit et les fjords de l’ouest délibérément laissés de côté cette fois ci, oui ! Problème, moi je disais : on y retourne juste une semaine ou 10 jours l’an prochain faire les fjords de l’ouest. Et là, réponse de mon mari : oui, mais on ne pourra pas y retourner sans avoir envie de revoir Kerlingarfjoll, et Landmannalaugar, et le Laki sans pluie, et à nouveau Askja, et plus de temps à Borgarfjordur, et cette fois trouver les rennes au Snaefell… 
Répondre 28 réponses 6149 vues 0 0 0
Merci pour ce très beau récit qui me fait pratiquement revivre notre voyage. Je vois que nous sommes passés à beaucoup d'endroits presqu'au même moment ou à quelques jours d'intervalle. Vivement les photos.

@+
GollumDotNet
par GollumDotNet le 01 septembre 2011 13:05 0 0 0
Bonjour et merci pour ce long récit que je terminerai de lire ce soir.
Je pars samedi matin pour 3 semaines et même si je fais partie des mordus qui passent leurs vacances en Islande chaque année, je suis toujours à l'affut de conseils et bonnes adresses dans ce pays magique.
On n'en sait jamais assez et tous les retours d'expérience sont bienvenus et précieux.
Merci d'avoir partagé
Frédérique
par Frédérique le 01 septembre 2011 13:22 0 0 0
Pas le temps maintenant, mais j'ai de la lecture pour ce soir ! :-)

Merci Elodie.

J'ai quand même lu le début, d'accord avec toi pour les lodges de Namibie. Mais un bel "écolodge" en Islande, je n'ose imaginer ce que ça coûterait ! Et puis même si simples, les hébergements sont quand même toujours corrects, non ?
par Pierre le 01 septembre 2011 14:25 0 0 0
Merci pour ce super récit de voyage. Il me plairait de voir les photos.
Juste une question: combien t'auras couter le séjour?
par mollybergman le 01 septembre 2011 15:27 0 0 0
Je n'ai honnêtement pas encore fait les comptes globaux mais l'Islande en formule "confort", ça n'est bien sûr pas donné par rapport au camping... Pour mémoire, autour de 500 euros/personne pour l'avion, autour de 2000 euros au total pour les 3 semaines de location de 4/4 et pour les nuits, entre 70 euros la chambre pour les moins chères et autour de 200 euros pour le plus cher des hôtel, l'hôtel Budir, mais qui est vraiment un des rares hôtels de charme du pays. Pour les repas, en dehors des deux restos de Reykjavik, on n'a pas trop dépensé, et le midi on faisait pique nique sandwichs en rando. L'accès aux sites naturels n'est pas payant, ça c'est très agréable.
Et pour répondre à Gollum, oui, heureusement, c'était toujours propre.
par Elodie757 le 01 septembre 2011 15:50 0 0 0
Pardon, c'était Pierre qui disait que les logements étaient toujours corrects.
Oui, en effet ! On n'est jamais arrivés dans une adresse où on ne se sentait pas bien. C'était toujours propre et confortable. Heureusement cela dit car car on avait quand même choisi des endroits aux prix élevés. En plus, le cadre naturel est toujours super donc même si la chambre est parfois un peu vieillotte, ou basiquement décorée, l'environnement, le côté "ferme au toit rouge contre une falaise verte", c'est toujours charmant quand même. Et c'est sûr que de jolis écolodges coûteraient cher dans ce pays. Mais sans parler forcément uniquement d'écolodges luxueux, nous avons par exemple fréquenté au Canada beaucoup de chambres d'hôtes "de charme" au niveau de la déco, pas ce qu'on trouve plus difficilement en Islande.
par Elodie757 le 01 septembre 2011 16:01 0 0 0
Bonjour,

Pour les hébergements, je partage un peu le point de vue de Elodie757 quant au manque de charme et à la qualité de la décoration. Pour ce qui nous concerne, nous étions 4 avec les enfants : notre nuitée la moins chère a été de 175 eur (dans une ferme et sans le petit-déjeuner) et notre nuitée la plus chère a été de 315 eur (hotel Hofn), autrement c'était plutôt entre 200 eur et 250 eur en général. Même si c'était globalement correct, je trouve que c'est un rapport qualité-prix difficile à expliquer, nonbstant l'insularité et les difficiles conditions météorologiques. Non pas que les prix soient chers dans l'absolu, mais c'est plutôt que je m'attendais à mieux pour ces prix. Par exemple, quand je repense à Kerlingarfjoll, je n'arrive pas à comprendre comment peut se justifier le prix demandé pour des huttes où il n'y a ni douche, ni eau chaude, alors qu'en définitive ce n'est pas un site qui est si inaccessible que ça. Je vous livrerai plus tard dans mon récit quelques photos de l'intérieur de la hutte où nous avons séjourné et vous comprendrez encore mieux mon étonnement.

Bref, on ne va pas épilogué longtemps sur ce sujet parce que c'est quand même une belle destination, mais j'ai trouvé que le rapport qualité-prix de l'Islande est clairement en dessous des Féroé ou de la Norvège (qui est pourtant une destination bien chère). Je pense que sans la dévaluation de la couronne islandaise, j'aurais eu du mal à accepter les prix demandés malgré tous les arguments qu'on peut m'opposer pour justifier la chèreté de la vie dans le pays. Ceci étant, je ne connais pas suffisamment l'économie du pays, et si quelqu'un pouvait m'apporter des éclairages sur les structures de coûts ou sur les données objectives qui expliquent le niveau des prix, ça me permettrait peut-être de réviser mon jugement.

@+
GollumDotNet
par GollumDotNet le 01 septembre 2011 17:26 0 0 0
Juste pour compléter et éviter tout malentendu, je précise que j'ai eu le même jugement pour certains hébergements en Espagne ou dans d'autres pays réputés moins chers que la Norvège. Pour un prix équivalent, les prestations offertes par des hôtels norvégiens haut de gamme (par exemple les fameux hôtels historiques pour ceux qui connaissent) sont largement au dessus de celles proposées par des hôtels haut de gamme de destinations ensoleillées que j'ai pu tester. Certainement que d'un côté on vend surtout les prestations, et de l'autre on vend surtout le soleil et le beau temps :-)

Et donc pour en revenir à l'Islande, je m'attendais à avoir un peu l'équivalent de la Norvège pour le rapport qualité-prix, mais ce ne fut pas le cas.

Désolé pour le hors sujet et pardon de polluer ton topic Elodie757, mais ça peut intéresser d'autres voyageurs qui pourraient se tromper comme moi.

@+
GollumDotNet
par GollumDotNet le 01 septembre 2011 17:42 0 0 0
Je viens de lire tout ça.

Vous avez eu une météo merveilleuse en fait ! Quelle chance ! ;-)

Je suis content que mon expérience de certains endroits vous ait été utile. Les Islandais ne connaissent en général pas les pistes de l'intérieur et dissuadent les touristes de tout pour "ne pas prendre de risques".
Un example ? Il y a 2 ans Kristjan, le boss de Reykjavikrentacar n'avait jamais mis les pieds à Askja par exemple. Et je doute qu'il y soit allé depuis. Par contre, il connaît très bien l'Andalousie et adore le Sud-Ouest de la France !

Je ne connaissais pas les d'hôtels plutôt chics que vous avez choisis. Et ton récit ne me convainc pas plus que ça ! Je vais rester sur les fermes, les AJ, les B&B et les cottages qui sont souvent très bien.

Kerlingarfjöll… J'y suis passé la première fois en 2004, c'était déjà cher, mais le change était catastrophique pour nous. Depuis les prix augmentent encore de façon exponentielle avec la notoriété. Tu veux loger où sinon ? Pas d'alternative, ou alors le camping (glaglagla). Il faut se dire qu'on ne paye pas seulement le chalet, mais aussi tout ce qu'il y a autour. Dans les autres pays dont tu parles et dont je connais un peu plusieurs, on paie des frais d'entrée dans les parcs très élevés. Pour l'instant ça n'existe pas en Islande. Pourvu que ça dure… pas sûr !

Vous devriez quand même aller y voir hors saison. C'est sympa aussi. Très différent.

Si tu as des photos quelque part…

@+
Pierre
par Pierre le 01 septembre 2011 18:15 0 0 0
Pour conclure la question des hôtels, en dehors de Reykjavik... :
- 3 hôtels vraiment de charme qui valent le coup à notre avis : Aldan, Tindastoll, Budir (cf leurs sites internet...)
- Les country hotels (genre Smyrlabjorg) sont en fait des farm holidays. apparemment il y a plusieurs catégories de farmholidays et les country hotels, ce sont les plus grosses structures. Ca reste souvent des fermes quand même (de chevaux notamment) mais couplées à un vrai gros hôtel, qui accueille des particuliers mais aussi des groupes, dans un état d'esprit professionnel. On n'est plus dans l'esprit "chez l'habitant". Donc en effet à mon avis, préférer les farm holidays de plus petite capacité par rapport aux country hotels.
par Elodie757 le 01 septembre 2011 18:29 0 0 0
Une grosse et longue lecture de votre carnet de voyage

Je voudrais vous exprimer mes remerciements très respectueux d'avoir prit largement de votre temps afin de partager votre périple de manière détaillée

Je vais relire à nouveau, mais je regrette que les fonctionnalités de ce forum ne soient pas assez conviviales pour conserver et trier les informations contenues dans des posts comme celui-ci

J'espère retourner en Islande d'ici 2 ou 3 ans, je ne suis jamais très éloigné non plus de ce forum, car l'Islande a opéré sa magie sur moi dès la sortie de l'aéroport.

Vous avez raison à propos des hébergements, c'est fonctionnel et spartiate dans l'absolu et l'hôtel très cher au regard des prestations et parfois le comble du pingre est de vous faire payer un supplément pour le wifi alors que vous avez déjà déboursé 180 € pour votre petite chambre d'hôtel sans fioritures.

J'ai trouvé que les b&b, du moins la formule la plus approchante dans le style ferme-auberge était la manière la plus conviviale de voyager en Islande, nous étions assez rebutés à l'idée de partager les sanitaires mais il faut bien reconnaitre que c'est toujours nickel impeccable, nous avons même trouvé un peu de cachet et un bonne table d'hôte à certains endroits, notamment une ferme reprise dans la liste de icelandicfarmholidays près de Höfn. De toute manière, les hôtels sont rares en dehors des endroits phares donc il faut faire avec pour partout ailleurs.

Hors sujet mais à propos des messages au dessus, je suis très intéressé par la Suède-Norvège pourriez-vous m'indiquer où je peux trouver des informations un peu structurées pour bien préparer et budgétiser cette destination s'il vous plait. pixell[ath]skynet.be si en cas, grand merci d'avance.

Cdlt
Bruno
par Pixell le 01 septembre 2011 19:07 0 0 0
Je n'ai pas tout lu ... les lignes finissent par se croiser à cette heure.
Pour Modrudalur, j'avais posté ici que c'était sympa d'y dormir. Dommage !
par yi le 01 septembre 2011 22:09 0 0 0
Super merci Elodie pour ce récit !!
C'était génial, j'ai dû me retenir pour pas le lire au boulot, et je viens de le faire : vraiment génial.
Et je suis comme Pixell : mon prochain voyage en Islande, bébé oblige, sera entre 2 et 4 je pense. Du coup, je vis ma passion au travers de vos récits à tous, en prenant soin de noter quelque part tous les petits trucs que je ne connais pas, et qui ont plu à certains !
Dans cette optique, merci et encore merci ! :)
par toufik51 le 03 septembre 2011 10:30 0 0 0
@Pixell : visitnorway.com, visitsweden.com et le forum voyageforum.com constituent une excellente base pour commencer.

@+
GollumDotNet
par GollumDotNet le 03 septembre 2011 17:53 0 0 0
@ Gollum
Une question avant d'essayer un début de réponse pour les prix des hébergements. Comment as-tu réservé ? As-tu payés en euros ou en couronnes islandaises ?

Avant la crise de 2008, l'Islande était hors de prix à tous points de vue à cause d'un taux de change plaçant la couronne à des hauteurs stratosphériques. D'ailleurs l'Islande était tout en haut du fameux indice "Big Mac" qui fournit je trouve un indicateur simplissime et redoutablement efficace de niveau de vie. Depuis McDo a quitté le pays, mais c'est une autre histoire…
Après 2008 donc, le taux de change s'est effondré et l'Islande est devenue une destination bon marché, vraiment. Mais les Islandais, ce sont rendus compte très rapidement qu'ils pouvaient (devaient) maintenir leurs tarifs, d'abord car le besoin de rentrées financières était plus nécessaire que jamais, ensuite pour maintenir un tourisme d'un certain niveau de "standing".
On a donc trouvé à ce moment là pour beaucoup de prestations (location de voitures, hébergements, activités…) des prix en couronnes qui restaient abordables et des prix en euros fabriqués pour les touristes. Le rapport entre les deux types de prix n'ayant aucun rapport avec le taux de change en vigueur. On pouvait alors se débrouiller pour tout payer assez peu cher en se débrouillant pour payer en couronnes. Je ne sais pas si ce système existe encore. J'ai bien l'impression que tout est organisé dorénavant pour que les touristes paient le prix fort, le même en euros qu'avant la crise en fait, en particulier pour le logement. Pour les produits que les Islandais utilisent aussi (nourriture, carburant…), par contre les prix sont maintenant équivalents aux nôtres alors qu'ils étaient souvent 2 fois plus élevés avant 2008.

Autre chose à propos de la qualité des hébergements et en particulier des "country hotels" qui c'est vrai sont souvent tristounets et pas donnés… Ce sont des structures qui ont été mises en place par des fermiers qui en général ne manquent pas de sens pratique, mais qui manquent peut-être un peu de recul sur les questions d'esthétique et de décoration… Il faut quand même imaginer que ce sont des gens dons les ancêtres proches vivaient de façon quasi moyenâgeuse au début du 20è siècle dans des fermes en tourbes. Et il y a 50 ans, isolés plusieurs mois par an et ne voyant passer personne la plupart du temps. La partie Sud de la route n°1 ne date que de 1974 ! Personnellement, je trouve que leur grand saut vers le futur a été plutôt pas mal négocié…

C'est juste mon avis sur ces questions. :-)

@+
Pierre
par Pierre le 03 septembre 2011 17:57 0 0 0
Salut Pierre,

J'ai réservé directement tous mes hébergements, sauf un cottage de IFH. Presque tout a payé en couronnes islandaises, sauf à Husavik et à Reykjavik où ils voulaient absolument des euros. Ceci étant, ta phrase "J'ai bien l'impression que tout est organisé dorénavant pour que les touristes paient le prix fort, le même en euros qu'avant la crise en fait, en particulier pour le logement." résume bien la situation, et ton analyse dont je te remercie aide à comprendre certaines choses.

Toutefois, comme déjà indiqué, mon jugement est "relatif" et non "absolu". A part des détails, on va dire que c'est convenable puisque ce n'est pas pire que ce qu'on peut voir dans beaucoup d'autres pays. Nous avons simplement été surpris par le rapport qualité-prix car on avait en référence le Danemark, la Suède ou la Norvège, et je croyais que l'Islande était comparable même si je savais que l'infrastructure hotelière était très peu développée. Mais une fois la surprise passée, on s'y fait très bien. En gros, j'ai toujours considéré, sur la base de mon expérience, que même s'ils sont chers, les pays du Nord proposent généralement une prestation et un service en totale adéquation avec le prix que tu payes, alors que dans d'autres pays, on te vend la plage ou le soleil à prix d'or. Pour l'Islande, on va dire que c'est ni dans la première catégorie, ni dans la deuxième catégorie, c'est quelque part au milieu :-)

Et juste pour info et si ça peut aider certaines personnes à comprendre et à relativiser mon propos, il faut savoir que je trouve le rapport qualité-prix norvégien bien meilleur que le rapport qualité-prix français à beaucoup d'endroits. En fait, à partir de l'équivalent 3 étoiles ou plus, j'ai rarement croisé meilleur rapport qualité-prix qu'en Norvège. Du coup chaque fois que je vais vers le nord, je m'attends à avoir la même chose, ce qui est une déformation de ma part.

Autrement, je reste sur mon opinion générale qui est que l'Islande est une fabuleuse destination plus que recommandable à tous points de vue, y compris pour l'hébergement ;-)

@+
GollumDotNet
par GollumDotNet le 03 septembre 2011 18:31 0 0 0
Pour compléter et nuancer encore plus, précisons quand même que nous avons eu à Reykjavik l'exception qui confirme la règle. Un splendide appartement de plus de 100m2, sur "les champs élysées" locaux, lumineux, hyper design, un équipement royal, literie de qualité, serviettes en nombre, peignoirs, chaussons, jacuzzi, etc., le tout pour seulement 230 EUR par nuit, c'est tout simplement un rapport qualité-prix imbattable. J'avais lu concernant ces locations sur tripadvisor de nombreux avis disant qu'on pouvait délaisser les hôtels 4-5 étoiles de Reykjavik pour cette adresse, ce que je confirme totalement car ce sont des prestations 4-5 étoiles pour un prix 3 étoiles. Très très bonne surprise que je recommande fortement. :-)

Quant à l'hôtel Aldan où nous sommes également passés, je confirme aussi que c'est une excellente adresse.

@+
GollumDotNet
par GollumDotNet le 03 septembre 2011 18:42 0 0 0
@ Gollum :

As tu préféré l'Islande ou la Norvège (tous critères confondus ) ?
Bises

par Elodie757 le 05 septembre 2011 12:44 0 0 0
Je me permets de répondre aussi…

Nous avons découvert l'Islande en 2004, la Norvège en 2005. Depuis, nous sommes retournés 4 fois en Islande, en Norvège, pas encore…
Pourtant, on y avait adoré notre voyage (de Bergen aux Lofoten).

@+
Pierre
par Pierre le 05 septembre 2011 13:48 0 0 0
Merci pour ton avis, Pierre !
En fait, je pose la question parce qu'on a encore pas mal le temps d'y penser, mais je me disais, pour l'an prochain, outre le fait qu'on aurait bien envie de visiter les fjords de l'ouest de l'Islande (connais tu aussi Hornstrandir ?), on se disait aussi "tiens la Norvège, pourquoi pas ?". On se rend compte au fil des années qu'habitant Paris, on a de plus en plus envie l'été de grands espaces, de nature... Et en plus cette année, on a découvert que les climats "nordiques" ne nous dérangeaient pas, même s'ils n'étaient pas gages de grandes chaleurs.
par Elodie757 le 05 septembre 2011 18:09 0 0 0
Bonjour Elodie757,

Islande ou Norvège ... c'est une question très difficile. Nous avons adoré les deux. J'ai donc demandé à mes enfants et à mon épouse. Verdict :
- mon garçon de 10 ans : Islande à cause des pistes en 4x4 :-)
- ma fille de 12 ans : match nul pour les deux
- mon épouse : a du mal à trancher ... l'Islande est plus surprenante alors que la Norvège est plus grandiose

Quant à moi, je rejoindrais un peu mon épouse. Mon avis serait donc (sachant que je connais pas les fjords de l'ouest islandais) :
- si vous prévoyez de faire les deux, il faut d'abord retourner en Islande avant d'aller en Norvège car les fjords norvégiens ont la réputation d'être parmi les plus beaux au monde, et il vaut mieux avoir vu d'autres fjords avant de les voir ;
- si vous devez faire un choix, à votre place j'irais en Norvège car les deux pays méritent absolument d'être connus, et en Norvège, il y a beaucoup de choses à voir en dehors des fjords.

Tu auras donc compris que même si le choix est difficile, notre choix balance un peu plus vers la Norvège. Il est donc probable que nous retournerons en Norvège avant de retourner en Islande.

Désolé de ne pas faciliter ton choix car tu as un vote pour la Norvège et un vote pour l'Islande. :-(

@+
GollumDotNet

PS : Si jamais vous prévoyez d'aller en Norvège, sachez que certaines choses doivent se révserver plus d'un an à l'avance. Par exemple, nous n'avons pas pu assister à la représentation de Peer Gynt, donnée chaque année au mois d'août au bord du lac Gala, dans un environnement absolument fabuleux, car il n'y avait plus de place. Si vous décidez d'y aller et que votre itinéraire ne passe pas très loin, je pense que ça doit être une expérience inoubliable pour quelqu'un qui apprécie la musique classique (http://www.peergynt.no/stemnet/peer_gynt_ved_galavatnet/12407.html?lang=en). De plus, la région est très belle pour faire des randonnées et le chemin de Peer Gynt (une piste bien meilleure que les pistes islandaises) qui est dans le secteur est une magnifique scenic road. Nous avons salivé devant la scène et nous nous sommes promis de ne pas louper le spectacle la prochaine fois qu'on va en Norvège.
par GollumDotNet le 05 septembre 2011 21:32 0 0 0
Difficile de comparer puisqu'on ne connaît les Fjords de l'Ouest que sous la neige… Mais je ne trouve pas que les paysages se ressemblent beaucoup en tout état de cause.
Quelques jours de randos au Hornstrandir, loin de toute trace de civilisation, ça doit être quelque chose !
Les fjords norvégiens sont absolument grandioses. La route 17 qui longe la mer avec toutes ses traversées en ferry est un émerveillement (Ahhhh le passage du cercle polaire en Tshirt sur le pont !). Des glaciers extraordinaires. Des lacs merveilleux. Un rorbu les pieds dans l'eau pour quelques jours aux Lofoten (pourtant on y a eu un sale temps !). La Norvège est vraiment superbe. Et pourtant, on a trouvé un grain de folie particulier de l'Islande qui nous a encore plus marqués… Peut-être que toutes ces pistes, ces gués, ce côté un peu aventureux et la sévérité grandiose de l'intérieur n'y sont pas pour rien.
Mais l'Islande et la Norvège sont toutes les deux sur la liste de nos destinations possibles pour 2012, avec d'autres…
:-)
@+
Pierre
par Pierre le 05 septembre 2011 21:55 0 0 0
@Pierre : je vois qu'il y a probabilité non nulle qu'on se retrouve dans le même pays l'été prochain :-) Norvège, Namibie, etc. (pas l'Islande en 2012 pour nous)

@Elodie : Je crois qu'on peut au final dire que nous sommes d'accord Pierre et moi, et on peut donc considérer que c'est un balotage favorable pour la Norvège ;-) Tu dois faire les deux. Puisque tu as déjà fait l'Islande, va maintenant en Norvège et après tu pourras choisir où tu retournes en premier.

@+
GollumDotNet

PS : avant de commencer la préparation de ton prochain voyage, que ce soit à destination de l'Islande ou de la Norvège, nous attendons les photos du périple islandais car tu nous as mis l'eau à la bouche :-)
par GollumDotNet le 05 septembre 2011 22:08 0 0 0
bonjour Elodie,

de retour à Paris après 3 semaines en Bretagne, je jette un petit regard rapide sur le forum, et il y a beaucoup de nouvelles de " retour d'Islande ", tous intéressants, merci à tous pour cela.
Je suis contant de savoir que nous avons pu être d'une quelconque utilité quant aux conseils et avis que nous avons pu formuler, tant sur les sites à voir que les itinéraires à prendre pour s'y rendre.
Pour nous, l'Islande est un pays tellement fantastique, déroutant, et envoutant que l'on ne peut l'oublier malgré que mon dernier voyage remonte à...15 ans.

Merci.

Boris Plotnikoff
par Boris Plotnikoff le 06 septembre 2011 15:22 0 0 0
@ Pierre et Gollum : merci pour les conseils concernant la Norvège, tout ça est passionnant ! Nous n'avions jamais pensé à cette destination avant de visiter l'Islande. On verra bien ! :-)
Et pour les photos, promis, je vais essayer, il faut les trier... :-)
@ Gollum : je m'éloigne un peu du thème du forum mais pour la Namibie, n'hésite pas. C'est aussi une destination fantastique.
par Elodie757 le 06 septembre 2011 23:18 0 0 0
Bonjour, j'ai fait parti cet été de ces touristes qui viennent en car passer seulement 3 H au Landmannalaugar, on ne s'y est pas baigné, on a marché et profité du paysage magnifique. On a fait en fonction de nos moyens (tout le monde n'a pas les mêmes...) location de 4x4 trop cher pour nous, et seulement 10j pour faire le tour de l'île et malgré tout, on a passé de très bons moments. Tout le monde n'a pas les mêmes vacances et les mêmes possibilités, merci de respecter chacun !
par prune49 le 07 septembre 2011 09:34 0 0 0
@ Gollum : on en a déjà parlé, mais j'en remets une couche pour la Namibie ! ;-)
par Pierre le 07 septembre 2011 10:21 0 0 0
Bonjour,


Merci pour tous ces conseils, je les note !

On part mercredi avec mon ami pendant 3 semaines et on hésite encore : voiture ou bus ? Sachant que notre hésitation est plus au niveau du repos de non-conduire en bus et de la rencontre avec d'autres voyageurs que le prix ...

Merci pour vos réponses !

Aurélie
par lili le 13 juillet 2012 13:48 0 0 0
Je réponds...
Revenir au Forum Revenir à l'accueil