Voyage Islande - Votre carnet de voyage pour l'Islande
En ce moment
temps 13°
12:40

La caldeira d'Askja

le 14 juillet 2017
par Sig
La caldeira d'Askja

Situé dans le centre-Est du pays sur les hauts plateaux entre Myvatn et le Nord du Vatnajökull, Askja est sans doute un des points d’intérêts les plus isolés d’Islande mais également l’un des lieux les plus magiques de l’île.

Askja est un volcan qui se trouve au centre du désert de lave d'Ódáðahraun à une altitude de 1515 mètres qui est avec ses 3000 km2 le plus vaste champ de lave du monde.

Un site exceptionnel

Askja

Les premiers marcheurs sur la lune de la NASA venaient d’ailleurs s’entrainer ici. La zone volcanique est active (la dernière éruption date de 1961) et la caldeira s’étend sur 45km. La caldeira est remplie d’un splendide lac d’un bleu limpide : l’Öskjuvatn, qui, avec ses 217m de profondeur est le lac le plus profond d’Islande. Juste à côté de ce lac se trouve un second lac aux eaux vertes et laiteuses dans le cratère Vìti.

De nombreux touristes descendent d’ailleurs dans le cratère pour se baigner dans ses eaux chaudes malgré les neiges des environs qui ne quittent jamais vraiment la région. Insolite et souvenir garanti !

Un spectacle difficile d'accès

L’accès à Askja nécessite un véhicule tout terrain (4x4) que vous veniez par le Nord ou par l’Est. La piste est assez accidentée globalement. L’accès historique au site se fait par le Nord, quelques kilomètres après Myvatn, la piste F88 pose quelques difficultés avec notamment des gués assez profonds (40cm environ) et des zones de sables noirs.

Sur la route vous aurez de bonnes chances de croiser des rennes, en Islande, les rennes sont rares mais concentrés dans cette région de l’île.

Askja

Beaucoup de touristes arrivent désormais par l’Est, par la région de Kárahnjúkar et de la région d’Egilsstadir via la piste F910. Les gués y sont un peu plus nombreux mais moins difficiles (si vous avez le choix, il est plus simple de prendre la rive droite de la Jökulsà). Cette piste est considéré avec la F225 menant à Landmannalaugar comme une des plus belles du pays.

Sur la route, la flore est quasiment inexistante et le paysage lunaire. Au départ des derniers villages près du lac Lagarfljót il est vivement conseillé de faire le plein vu l’absence de stations services sur la route qui mène à Askja.

Nombreux touristes ont la bonne idée de dormir dans la guesthouse très réputée d'Adalbol. En plus d'être la plus proche d'Askja, les hôtes y sont particulièrement accueillants.

De Adalbol à Bru, il faut compter une dizaine de minutes mais ensuite pour joindre le croisement de la piste 905, les 25 km suivants sont un peu plus difficiles avec une route un peu plus accidentée mais surtout très sableuse (photo). Le paysage y est extraordinaire et quelques rares gués minuscules viennent ralentir l'avancée dans le désert d'Ódáðahraun. Après quelques kilomètres direction le sud de la 910 arrivent les 2 véritables  gués, généralement assez faciles (30cm à 40cm maximum).

Askja

Ces 2 gués sont finalement les 2 seuls véritables gués pour rallier Askja à partir de l'Est. Ensuite la piste est plus difficile et les derniers kilomètres pour rejoindre Askja sont interminables. Le sable a laissé la place à une piste très rocailleuse et la voiture peut difficilement avancer à plus de 30km/h.

Au final il faut bien compter 2H30 pour arriver au camping de Drekagil à partir d'Adalbol en prenant le temps d'observer les panoramas uniques sur la route et notamment le volcan Herðubreið qui culmine à 1682m et domine la région.

Il est préférable d'ailleurs de continuer 8km jusq'au parking d’Öskjuvatn pour se rapprocher un peu. D'ici, 30 minutes de marche seulement sont nécessaires pour rejoindre le site, absolument exceptionnel. Un joyau de l'Islande.

Sur place, le contraste entre Viti et Öskjuvatn est saisissant et le calme qui règne sur place rend l'endroit encore plus magique. Une odeur de soufre se dégage d'ailleurs de Viti.

Une idée de promenade dans la caldeira : En partant du bout de la route (ou du parking), rejoindre l’Öskjuvatn en passant devant le Vìti, l’aller-retour ne prend pas plus d’une heure et demi et les plus courageux n’hésiteront pas à descendre le cratère pour se détendre dans les eaux à 30° du Vìti (encore faut-il ne pas craindre les odeurs de soufre). Attention cependant pour s'aventurer au coeur du cratère mieux vaut être accompagné d'un guide car la pente est très abrupte et la descente peut s'avérer dangereuse.