En ce moment
temps
05:22

La faune en Islande

le 23 août 2018
par Sig
La faune en Islande
Moyenne 4.3 / 5 sur 3 votes

En raison de son positionnement géographique et de ses particularités géologiques l'Islande ne fut pas une terre propice à l'apparition de mammifères terrestres. Les animaux en Islande sont davantage présents le long des côtes, dans la mer et dans les airs.

Plus d'informations sur l'avifaune et les oiseaux en Islande dans cet article.

La faune terrestre

Le seul animal "natif" de l'île est le renard polaire qui a dû s'installer sur l'île lorsque celle-ci était reliée au continent par la banquise. On distingue deux variétés de pelages pour le renard polaire en Islande : une blanche et une "bleue" (la plus répandue sur l'île).

Renard arctique

Le pelage de ces animaux changent en fonction de la saison, il s'éclaircit quand arrive l'hiver pour lui permettre de se fondre dans la nature. Ce sont des petits animaux qui mesurent en moyenne 30cm au garot et pèsent entre 2 et 5 kilos, ils sont plus petits que les renards que l'on peut trouver dans les autres régions arctiques.

Très opportuniste, il se nourrit d'a peu près tout ce qu'il peut trouver dans son environnement, des proies qu'il capture (oiseaux, mulots...)aux carcasses d'animaux marins qui se trouvent parfois échoués sur les plages, en passant par divers déchets. Il existe d'autres espèces d'animaux terrestres en Islande, ces dernières sont arrivées sur l'île de façon non naturelle elles y ont été introduites de façon volontaire ou non, par l'homme le plus souvent.

On y trouve notamment des rongeurs qui vivent essentiellement dans les zones urbaines. Le mulot gris est la seule espèce qui vive dans l'ensemble de l'île. Le vison est également présent en Islande, il y a été importé pour y être élevé pour sa fourrure. Certains individus s'échappèrent des élevages et retournèrent à l'état sauvage. Malgré une chasse intensive on le retrouve toujours en nombre important sur l'ensemble du territoire islandais. Ces animaux sont particulièrement friands d'oeufs et de poussins notamment ceux de macareux, et d'eiders, mais ils se nourissent aussi à l'occasion, de petits poissons et de rongeurs.

Rennes Islande

Le renne, quant à lui, fut importé de Laponie au XVIIIème siècle en raison d'une grave famine qui sévissait dans le pays. Cette espèce fut introduite dans le pays pour y être élevée, mais cette tentative se solda par un échec et les rennes retournèrent à l'état sauvage. Leur nombre devint alors très important ce qui représentait un risque pour les pâturages destinés aux moutons. Ils furent chassés à très grande échelle jusqu'à ce que l'espèce soit menacée d'extinction et protégée. Aujourd'hui environ 3000 individus peuplent l'île, principalement dans l'Est du pays. Vous trouverez plus d'informations sur la page consacrée aux rennes en Islande.

Un animal que l'on rencontre beaucoup au détour des chemins est le cheval islandais. C'est un petit cheval (1.45 m au garot) qui ressemble presque plus à un poney c'est une race qui est restée pure car elle n'a jamais été croisée depuis que les chevaux ont été introduits dans le pays par les Vikings il y a 11 siècle.

Cheval Islandais

C'est un cheval très apprécié, car il est robuste, peu exigeant en matière de soins et de nourriture fidèle et affectueux, il a rendu et rend toujours de nombreux services aux Islandais. Il possède également une particularité en plus des pas classiques (pas, trot et galop). Il possède deux allures naturelles (non issues du dressage) supplémentaires : le tölt (sorte de pas rapide) et l'amble (assez proche du galop). Vous trouverez plus d'informations sur la page consacrée au cheval islandais.

Enfin, comment parler d'Islande sans évoquer les moutons ?! Ceux-ci sont inombrables sur l'île dans tous les coins de l’Islande. Ils ont été apportés par les Vikings pour leur laine, leur lait et leur viande. Il est totalement impensable d'aller en Islande sans croiser des centaines de moutons le long et sur les routes islandaises !

Visiteurs occasionnels, lorsqu'un iceberg les mènent jusqu'en Islande, des ours polaires ont déjà fait leur appartition dans le paysage islandais, malheureuresement pour eux, ils ne sont pas les bienvenus et sont en général abbattus, car estimés trop dangereux.

Moutons Islandais

Sur les côtes, les Pinnipèdes

Les pinnipèdes, sous ordre des mammifères marins désignant les phoques et autres morses, sont très présents sur les côtes Islandaises et s'y reproduisent. C'est environ 50.000 phoques, divisés en 7 espèces qui fréquentent les eaux Islandaises.

Le Phoque du Groënland, le Phoque barbu, le Phoque à capuchon et le Phoque marbré sont les espèces les plus nordiques et également les plus rares en Islande bien que le Phoque annelé migre souvent l'hiver du Groënland vers les fjörds du Nord Ouest. Ce dernier est avec ses 90kg le plus petit des phoques "islandais". Les deux espèces de phoques les plus répandues en Islande sont le Phoque gris et surtout le Phoque veau marin.

Le phoque gris pèse entre 120 et 190kg, on en compte environ 3.000 individus sur les côtes Islandaises. Le phoque gris, quant à lui, pèse entre 100 et 150kg et on compte environ 30.000 individus sur l'île. Les deux espèces peuvent être observées tout le long de l'année.

Où observer des phoques? Certains endroits en Islande sont connus comme étant des lieux où les colonnies de phoques ont pris l'habitude de revenir régulièrement et il est alors facile, (avec une grande discrétion !) de les approcher, sans les effrayer pour les photographier. Les Phoques gris préfèrent les côtes rocheuses du Sud (péninsule de Reykjanes) alors que les Phoques veau marin s'observent généralement sur les plages de sable.

La péninsule de Vatnsnes au Nord abrite de grandes colonnies de phoques, il est facile de les approcher plus exactement à Hindisvìk, complètement au Nord (voir récit de voyage 2006 : https://www.voyage-islande.fr/isafjordur-vatsnes-art-199.html ). Dans cette même péninsule se trouve d'ailleurs la "maison du phoque" à Hvammstangi où on vous donnera des conseils sur les principaux lieux d'observation.

Les fjörds du Nord Ouest abritent la plupart des phoques les plus rares. Des Morses venant du Groënland y ont même été observé en hiver. Il n'est pas rare d'apercevoir un phoque se prélassant dans le fond d'un fjörd dans la baie d'Isafjarðjup par exemple. Les splendides plages de sable de Rauðasandur est également un endroit où vous aurez de grandes chances d'apercevoir des Phoques veau marin, comme faisant leur gymnastique, en forme de demi lune sur la plage.

Phoque Islande

Dans l'Est, une colonnie de Phoques veau marin peut également être observée dans l'estuaire de la Jökulsá á Dal près de la baie d'Heraðsflòi, dans les endroits sableux. Plus au Sud, Höfn et ses côtes rocheuses sont réputés pour leurs phoques gris et régulièrement des phoques sont également photographiés à Jökulsarlon, se divertissant entre des iceberg.

Enfin, dans l'Ouest, dans la péninsule de Snaefellsnes, derrière la ferme d'Ytri Tunga, une colonie de phoques a élu domicile depuis des années et se laissent très facilement approcher à quelques mètres pour peu que l'on se fasse oublier ou du moins, que les phoques s'habituent à notre présence.

Dans la mer, les cétacés

Les eaux Islandaises, comme celles des mers arctiques sont particulièrement riches en planctons et autres krills dont les baleines sont friandes. Une quinzaine d'espèces de cétacés est présente aux abords des côtes islandaises. On distingue deux types de cétacés, les baleines et les rorquals, ces derniers sont un peu plus élancés et possèdent un aileron dorsal, ils sont un peu plus nombreux que les "vraies" baleines.

Baleine Islande

Les rorquals et les baleines sont microphages, pour se nourrir ils ingurgitent de grande quantité d'eau dans laquelle se trouvent de nombreux petits poissons et crevettes. Les espèces les plus répandues au large des côtes Islandaises sont les rorqual communs (20-25m), les rorquals boréals (15m) et les petits rorquals (7-10m) appelés également "Baleine de Minke".

Mais on peut également observer des dauphins à bec blanc, essentiellement dans les eaux de la côte sud, surtout au printemps et à la fin de l'été. Un autre cétacé présent dans les eaux islandaises, est l'orque épaulard les mâles peuvent atteindre une longueur de 9 mètres et peser jusqu'à 9 tonnes,il possède une nageoire dorsale très grande. On le reconnaît grâce à son apparence caractéristique : le dos noir, le ventre blanc et une tâche blanche derrière et au dessus de l'oeil.

L'orque, parfois surnommé "killer whale" (baleine tueuse) est considéré comme un super-prédateur, il chasse en meute et se nourrit essentiellement de poissons et d'autres mammifères marins (otaries, phoques, baleines...), mais n'attaque jamais l'homme. On peut noter que l'orque a été rendu célèbre au grand écran avec le film "Sauvez Willy", Keiko, l'orque vedette de ce film a été capturé en Islande en 1979, c'est là qu'il sera également relâché 20 ans plus tard.

Le cachalot (le mythique Moby Dick) est aussi présent en Islande, il se distingue par la forme de sa tête proéminente qui est pratiquement rectangle, c'est le mammifère marin qui possède le plus grand cerveau. Le mâle adulte peut mesurer jusquà 18 mètres et peser jusqu'à 50 tonnes. Le cachalot se nourrit surtout de calmars et calmars géants, de poulpes, de poissons, de phoques mais également de requins.On le retrouve aussi bien dans l'océan arctique que dans des eaux plus chaudes où il peut trouver de quoi s'alimenter.

Baleine Islande

La baleine représente un vrai atout économique en Islande. Depuis 2003, l'Islande avait repris la chasse à la baleine à des fins scientifiques avec un quota de 200 petits rorquals. Depuis octobre 2006 le pays, a repris la chasse commerciale , chasse qui avait cessé en 1989 avec un quota de pêche fixé à 9 rorquals communs et 30 petits rorquals d'ici le 31 août 2007.

La pêche ne concerne pas bien entendu les espèces en voie de disparition, cependant le sujet reste sensible et suscite de nombreux débats. D'autant plus que les activités parallèles liées à ces cétacés, comme le "whale watching", qui consiste à observer les baleines évoluant dans leur espace naturel, paraît beaucoup plus lucrative et représente un vrai atout touristique.

Voir aussi : Les oiseaux en Islande